Permis B “Classique”

L'examen pratique et théorique en détails

L’examen du permis de conduire comprend une épreuve théorique générale (le code) et une épreuve pratique qui ne peut être passée qu’en cas de réussite au code. Ces 2 épreuves se déroulent selon une procédure précise. En cas de succès, un certificat permet de conduire avant de recevoir son permis.

1

L’épreuve théorique générale – le code

Le déroulement de l’examen

Le jour de l’épreuve, il faut vous munir d’une pièce d’identité valide ou périmée depuis moins de 2 ans.

Vous recevez les résultats par courrier postal ou électronique le jour même.

Après obtention du code, vous devez, dans un délai maximum de 5 ans à partir de la date d’obtention du code, passer l’examen pratique de conduite. Durant ces 5 ans, vous avez droit à 5 présentations maximum pour réussir l’épreuve pratique.

Si vous êtes déjà titulaire d’un autre permis de conduire, comprenant code et conduite, depuis moins de 5 ans, vous ne passez que l’épreuve de conduite. Le bénéfice du code reste acquis en cas de changement, soit de filière de formation, soit de catégorie du permis de conduire.

À savoir

Il n’existe pas de système d’équivalence en France d’une épreuve théorique réussie dans un autre pays.

Des séances spécifiques peuvent être organisées pour les candidats qui présentent un handicap physique ou qui maîtrisent mal la langue française. Pour connaître les dates de ces sessions, il convient de se rapprocher de la préfecture.

Seuls les candidats ayant déclaré leur handicap ou leur défaut de maîtrise du français dans leur dossier d’inscription peuvent participer à ces séances spécifiques.

2

L’examen pratique de conduite – le permis

Les critères d’examen

L’épreuve pratique permet d’évaluer :

  • Le respect des dispositions du code de la route,
  • Votre connaissance du véhicule,
  • Votre maîtrise des commandes et de la manipulation du véhicule,
  • Votre capacité à assurer votre propre sécurité et celle des autres usagers sur tout type de route, à percevoir et anticiper les dangers,
  • Votre degré d’autonomie dans la réalisation d ‘un trajet,
  • Votre capacité à conduire en respectant l’environnement et en adoptant un comportement courtois et prévenant envers les autres usagers.

Déroulement de l’épreuve

Le jour de l’épreuve, vous devez vous munir d’une pièce d’identité valide (ou périmée depuis moins de 2 ans).

L’épreuve dure 32 minutes. Vos documents d’examen seront vérifiés.
Si vous avez suivi une formation selon la formule de l’apprentissage anticipé de la conduite, votre attestation de fin de formation initiale est vérifiée pour s’assurer que vous avez respecté la durée minimale d’un an de conduite accompagnée.

Un test de vue est réalisé. Vous en êtes dispensé si vous avez passé une visite médicale préalable. En cas de test non concluant, l’examinateur signale le résultat de ce test au préfet pour que vous soyez convoqué pour un contrôle médical.

Le test de conduite, d’une durée minimale de 25 minutes, comporte notamment :

  • La vérification d’un élément technique en relation avec la sécurité routière, à l’intérieur et à l’extérieur du véhicule,
  • La réalisation de 2 manœuvres différentes : un freinage pour s’arrêter avec précision et une manœuvre en marche arrière

Pour être reçu, vous devez obtenir au moins 20 points et ne pas commettre d’erreur éliminatoire (exemples : franchissement d’une ligne continue, circulation à gauche, non respect d’un signal prescrivant l’arrêt…).

À noter

Si vous passez l’épreuve sur un véhicule muni d’un embrayage ou d’une boîte de vitesse automatique, vous ne pourrez conduire que ce type de véhicule sauf avis favorable contraire d’un expert agréé (la mention de la conduite uniquement en automatique sera portée sur le permis de conduire).

3

Résultats de l’examen pratique

Après l’épreuve

A l’issue de l’épreuve pratique, l’inspecteur ne vous communique pas oralement le résultat. Vous pouvez connaître le résultat de votre épreuve pratique 48 heures après l’avoir passée en utilisant le téléservice mis en place sur le site de la Sécurité routière.

En cas d’échec, vous recevez un bilan précis de votre prestation.

Si le résultat est favorable, vous devez, pour conduire dans l’attente de l’envoi de votre permis de conduire, obtenir le certificat d’examen du permis de conduire (CEPC) :

  • Soit en le téléchargeant directement par le biais du téléservice,
  • Soit en le demandant à votre auto-école

Avec une pièce d’identité, le CEPC tient lieu de permis de conduire pendant 4 mois à compter de la date d’examen. En cas de contrôle des forces de l’ordre, ce certificat peut être présenté en version papier ou sur un smartphone ou une tablette.

Cas particuliers

Le CEPC ne permet pas de conduire à l’étranger.

Si l’inspecteur a considéré que vous devez passer un contrôle médical, le CEPC fera état de cette obligation et ne vous permettra pas de conduire.

Vous devez contacter votre auto-école pour savoir :

  • Si elle transmet elle-même votre dossier en préfecture avec le résultat favorable,
  • Ou si c’est à vous de le faire ; dans ce cas, il faudra vous rendre, muni de votre dossier, à la préfecture ou à la sous-préfecture afin de déclencher la fabrication de votre permis. Renseignez-vous au préalable sur le site internet de la préfecture ou par téléphone.

4

Délivrance du permis de conduire

Par voie postale

Au cours du délai de 4 mois de validité du certificat, le permis de conduire vous est adressé par voie postale à votre domicile.

Si vous êtes absent lors du passage du facteur, il dépose un avis de passage. Vous avez ensuite 15 jours pour récupérer votre permis à La Poste. Passé ce délai, le permis est renvoyé à l’expéditeur et vous devrez contacter la préfecture pour connaître la démarche à suivre afin d’obtenir votre titre.

Pour suivre la production et la distribution de votre permis, vous pouvez utiliser le téléservice mis en place par l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). Vous pouvez également vous renseigner en téléphonant à l’ANTS.

Attention

S’il s’agit de la 1ère catégorie de permis de conduire que vous obtenez, il s’agira d’un permis probatoire et vous devrez apposer le signe distinctif jeune conducteur (appelé « Autocollant A ») à l’arrière du véhicule.